Vous êtes ici : Accueil » Vivre » Actualités » Conseil Municipal

Conseil Municipal de Rives-en-Seine : une dernière réunion bien remplie

La fin d’année n’a pas signifié ralentissement des activités pour les élus de Rives-en-Seine qui, pour leur dernier Conseil Municipal en date du 16 décembre, ont validé pas moins de 17 délibérations.

Tarifs communaux, règlements des salles et du minibus, fourrière, personnel municipal, aides scolaires ou encore gendarmerie et médiathèque : les discussions furent variées.

Zoom sur deux sujets majeurs :

Lutte contre les inondations à Saint Wandrille

Pour maîtriser le risque d’inondation touchant les habitants et les biens aux abords de la rivière Fontenelle, le Syndicat Mixte des Bassins Versants Caux Seine a commandé une étude sur le talweg de Caillouville. Il s’agit d’une zone habituellement sèche où sont collectées les eaux de pluie et les roches provenant des plateaux, avant de s’écouler plus loin, dans la Fontenelle. Cette étude préconise un certain nombre d’aménagements d’écrêtement des crues en amont du talweg (positionnement et dimensionnement). Pour pouvoir autoriser les travaux, une enquête publique est requise.

C’est dans ce cadre que le Conseil Municipal a été amené à donner un avis favorable aux travaux préconisés, ces travaux s’inscrivant dans les investissements publics déjà réalisée en 2010 lors de la renaturation de la Fontenelle.

Devenir du cinéma Le Paris

Sur un tout autre sujet, les élus ont approuvé le principe de la gestion et de l’exploitation du cinéma « Le Paris », sous la forme d’une délégation de service public avec affermage, l’objectif étant d’améliorer la qualité du service (plus de films et de séances).

L’actuelle gestion en régie est lourde tant du point de vue de l’organisation (horaires contraignants et peu attractifs pour le recrutement, compétences techniques particulières…), que du risque financier en totalité supporté par la commune, et recèle une incapacité à multiplier le nombre des séances pouvant permettre d’avoir une sortie plus rapide des films et donc de rendre plus attractif le cinéma dans un contexte accru de concurrence avec les multiplex et le streaming.

Dès lors, la délégation de service public avec affermage, très répandue pour les cinémas, offre de nombreux avantages : la collectivité met à disposition l’équipement qui n’appelle pas de gros investissements. Elle continue de détenir le fonds de commerce et le fonds de soutien. C’est le délégataire qui supporte les risques financiers, exploite et entretient le lieu, recrute et gère le personnel. Il se rémunère directement auprès des usagers. Il est à noter que la commune, via le futur contrat, décidera des tarifs, fixera le nombre de sorties nationales et avant-première, demandera la conservation de la programmation Art&Essai et jeune public et disposera autant de fois que nécessaire dans l’année de créneaux pour ses associations ou écoles (théâtre, kermesse, spectacles divers…). En contrepartie de ces obligations, la commune pourrait être appelée à octroyer une compensation de service public.

Un futur exploitant devrait être sélectionné d’ici à la fin du premier semestre 2022.

Article publié le jeudi 6 janvier 2022
  • Newsletter

Abonnez-vous pour ne rien rater de l’actualité de la ville !